Aller au contenu principal

Ankara réagit à l'enseignement du «génocide arménien» dans les manuels scolaires

Ankara a interpellé les autorités françaises sur l'insertion dans les manuels d'histoire de détails sur le «génocide» arménien et dénonce des «allégations qui ne reflètent pas la réalité».

Jeudi, Septembre 6, 2012 - 13:18

L'ambassade de Turquie à Paris a transmis une note diplomatique au ministère français des Affaires étrangères et une lettre au ministère de l'Education pour protester contre la double page accordée aux événements de 1915 dans les nouveaux manuels d’histoire de collège et de lycée d’enseignement général. Dans ces courriers signés par l’ambassadeur turc en France, Tahsin Burcuoglu, la Turquie exprime «sa réaction face à des allégations qui ne reflètent pas la réalité et sont enseignées de manière partisane dans les manuels d'histoire». Selon le journal Weekly Zaman, Ankara déplore des références dans les ouvrages français à des télégrammes attribués à un des dirigeants ottomans de l'époque, Talat Pacha, qu'elle considère comme des faux. En effet, en 1920, Aram Andonian a publié un recueil de documents officiels turcs concernant les massacres arméniens. Il s’agissait de 52 pièces qui étaient, pour la plupart, des télégrammes chiffrés. Y étaient annexés les «mémoires» du fonctionnaire turc ayant remis les documents, Naïm Bey, et des documents de journalistes arméniens. L’épilogue de ce recueil concluait à la culpabilité de tout le peuple turc. Par ailleurs, la note diplomatique turque évoque un malaise provoqué par ces manuels chez les familles d'origine turque qui vivent en France et qui ont des enfants scolarisés dans les écoles françaises. Selon la thèse arménienne, soutenue par beaucoup d'historiens, environ 1.5 million d'Arméniens ont perdu la vie pendant la Première Guerre mondiale dans une politique délibérée de «génocide» ordonnée par le gouvernement ottoman de l’époque. Les relations franco-turques sont émaillées de crises à répétition depuis l'adoption par le Parlement français d'une loi reconnaissant le génocide arménien en 2001, suivie de tentatives législatives avortées destinées à criminaliser sa négation. La dernière en date, adoptée en décembre 2011 par le Parlement avec le soutien de Nicolas Sarkozy, a été finalement été invalidée par le Conseil constitutionnel. Toutefois, le nouveau président, François Hollande, a confirmé en juillet son engagement à pénaliser la négation du génocide arménien. Selon une association arménienne de France, un projet de loi serait présenté à l'automne par le gouvernement français. Pour l’heure, Ankara exige des autorités françaises qu’elles révisent des données présentées comme «objectives» dans les nouveaux manuels. Au travers de ses missives, la Turquie a également souhaité prévenir Paris que la double page sur le «génocide arménien» dans les manuels ne pourrait qu’attiser la haine entre les deux nations. Enfin, l'ambassade a attaché à sa note diplomatique un rapport détaillant l’histoire des événements de 1915.

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top