De nombreuses réactions à l’échelle européenne

Version imprimable

L’Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe et de nombreux responsables européens se sont associés aux condamnations de l’attaque du PKK contre les locaux des journaux Zaman. Il s’agit clairement de réaffirmer pour eux la défense « des valeurs européennes ».

L’Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) a dénoncé vendredi les récentes attaques contre les locaux du journal turc Zaman à Cologne (Allemagne) et Zaman France à Paris, et espère que les responsables seront poursuivis en justice. « Les attaques contre les bureaux du journal Zaman ne font pas que créer un climat de peur contre les personnes directement affectées, elles nuisent à la liberté des médias, en essayant de réduire au silence les journalistes », a regretté Dunja Mijatovic, représentante de l’OSCE pour la liberté des médias. Je suis soulagée que personne n’ait été blessé et que les autorités allemandes et françaises aient commencé des enquêtes. J’espère que les auteurs seront bientôt traduits en justice », a poursuivi Mme Mijatovic, citée dans un communiqué. Des condamnations auxquelles se sont associés de nombreux responsables politiques européens comme le commissaire à l’Elargissement de l’UE Stefan Füle qui a appelé les autorités françaises à traduire les responsables en justice.

Des retombées sur la question kurde
Même son de cloche chez la député néerlandaise et démocrate-chrétienne Ria Oomen-Ruijten qui réaffirme l’importance de défendre les valeurs européennes. « La liberté de la presse et d’expression sont au cœur des valeurs européennes » a ainsi déclaré la député qui est aussi rapporteuse du Parlement européen sur la Turquie. Pour Ria Oomen-Ruijten, la terreur exercée par le PKK doit être fermement combattue et condamnée. La député européenne a notamment souligné la nécessité d’une plus grande collaboration sur ce plan entre l’UE et la Turquie. Enfin, Graham Watson, eurodéputé et président du groupe des Libéraux européens a qualifié ces attaques d’ « inacceptables ». M. Watson considère que cette surenchère du PKK pourrait avoir des conséquences néfastes sur la question kurde y compris en Europe et plaide pour une résolution rapide du conflit.
 

Paris

A lire aussi: