Aller au contenu principal
Vendredi, Mai 3, 2013 - 11:12

L’orientalisme mis à l’honneur au musée Sabanci

Le musée Sakip Sabanci, à Istanbul, propose jusqu’au 11 août 2013, une exposition sur Les 1.001 faces de l’orientalisme, un thème qui a profondément fasciné la culture européenne.

Le musée Sakip Sabanci, à Istanbul, propose jusqu’au 11 août 2013, une exposition sur Les 1.001 faces de l’orientalisme, un thème qui a profondément fasciné la culture européenne.

Une exposition sur les traces de l’orientalisme dans les domaines de l’architecture, de l’archéologie, des arts de la scène, du cinéma et de la photographie est actuellement ouverte au musée Sakip Sabanci à Istanbul. Intitulée Les 1.001 faces de l’orientalisme, le nom de l’exposition fait référence aux Contes des 1.001 Nuits.

Montrer l’orientalisme autrement

«L’idée principale est de clarifier certains termes utilisés. On parle surtout de l’orientalisme à travers la peinture. Cette exposition montre qu’il n’existe pas que la peinture pour parler de l’orientalisme», explique Nazan Ölçer, directrice du musée. Même si l’histoire des rapports Orient-Occident est plutôt longue, Les 1.001 faces de l’orientalisme se focalise surtout sur le XIXe siècle. «La campagne égyptienne de Napoléon, par exemple, a suscité un vif intérêt pour les arts et la culture car le général s’est rendu en Egypte accompagné de plusieurs scientifiques spécialisés dans de nombreux domaines. Nous pouvons encore observer les effets de cet événement historique aujourd’hui», a déclaré la directrice du musée Sabanci. La campagne d’Egypte marque d’ailleurs le début du parcours de l’exposition.

L’influence d’Edward Saïd

«L’Occident a créé plusieurs postes de professeurs dans les université orientales. Des langues telles que l’arabe, le turc et le perse ont été enseignées aux étudiants», précise Nazan Ölçer. L’exposition reflète cet intérêt pour l’Orient. «Le sujet de l’exposition est encore vivement débattu aujourd’hui. En 1978, Edward Saïd a écrit dans son œuvre L’orientalisme. L’Orient créé par l’Occident qu’il s’agissait d’un produit narcissique et condescendant de l’Occident qui soutenait le colonialisme», pointe Nazan Ölçer. Le public pourra également découvrir des photos d’archéologues locaux, des objets d’art (tissus, tapis, céramiques), des objets de voyage (livres de voyage, souvenirs). Cette exposition est née du travail de grands intellectuels et chercheurs comme Edhem Eldem, Baha Tanman, Filiz Ali ou encore Gökhan Akçura et sera visible jusqu’au 11 août 2013.

 

Rumeysa Kiger, Istanbul

 

Lundi, Avril 22, 2013 - 10:17

Se divertir au Ier siècle de l’islam

En Arabie saoudite, il est désormais légal pour les femmes de faire du vélo. C’est ce qu’a décidé la «Commission de la commanderie du Bien et du pourchas du Mal» du pays, selon une information rapportée par l’agence américaine United Press International le 1er avril dernier.

En Arabie saoudite, il est désormais légal pour les femmes de faire du vélo. C’est ce qu’a décidé la «Commission de la commanderie du Bien et du pourchas du Mal» du pays, selon une information rapportée par l’agence américaine United Press International le 1er avril dernier. Pour autant, il s’agit d’une liberté sous conditions. Dont notamment celle de ne se servir du vélo que pour faire du sport ou pour se divertir. Il s’agit néanmoins d’une avancée sociale, dans un pays où le cinéma et le théâtre n’ont été ré-autorisés qu’en 2009, après quelques trois décennies d’interdiction. Plus généralement, ce sont les diverses formes de divertissement d’essence artistique qui sont frappées de suspicion, sinon d’interdiction, dans un pays dominé depuis le XVIIIe siècle par le wahhabisme, une idéologie politico-religieuse qui impose une lecture étriquée, littérale du Coran et de la Tradition. Pourtant, sur cette même terre du Hedjaz, ‒ et, plus précisément dans ces deux cités berceaux de l’islam que sont La Mecque et Médine ‒, à peine un siècle après l’Hégire (VIIe siècle de l’ère chrétienne), une telle austérité n’était pas de mise. Les musulmans d’alors se divertissaient, et leur goût pour les arts gagnait en délicatesse à mesure qu’il s’affirmait.

Des femmes tenaient des cénacles littéraires

Le divertissement, en effet, quand il ne prenait pas la forme du jeu, ‒ des jeux de société, notamment ‒, prenait celle, artistique, du chant, de la poésie, de la musique ou de la littérature. Comme dans l’aristocratie française du Grand siècle, des femmes tenaient des cénacles littéraires où des personnes de qualité venaient écouter des poèmes, avant de se livrer à une critique littéraire avant la lettre. Deux grands noms se détachent ici : celui de Sukayna, fille de Hussein (et arrière-petite-fille du Prophète) et Aïcha, fille de Talha Ibn Ubayd Allah, un des compagnons de Muhammad. Trônant dans son salon, à Médine, au milieu de plantes odoriférantes, de fleurs, de fruits et de parfums, Aïcha recueillait les hommages des poètes. A la fois critique et mécène, elle jugeait leurs productions les plus récentes et leur faisait bénéficier de ses largesses. Si la poésie, art majeur de la Jahiliyya (époque antéislamique), n’était pas une nouveauté dans la péninsule, ce rapport à la création littéraire, d’un raffinement tout urbain, l’est assurément.

Les concours de chant d’Azza Maïla

Ainsi la vogue des concerts, inaugurée par la grande chanteuse et luthiste Azza Maïla (VIIe siècle). Louée tant pour son art que pour sa grande moralité, Azza, Médinoise rattachée aux Ansars, organisait de véritables concours, ‒ avec distributions de prix ‒, au cours desquels une stricte discipline était exigée du public : quiconque se permettait de parler était immédiatement rappelé à l’ordre. L’affluence était grande lors de ces manifestations où étaient parfois interprétées des chansons à danser. Mais si Azza Maïla était réputée émouvoir jusqu’aux larmes deux des plus grands poètes de l’époque, Omar Ibn Abi Rabi‘a et Hassan Ibn Thabit, si elle a été formée par les maîtres persans Sa’ib Khatir et Nashit, elle ne créera pas, contrairement à sa contemporaine et rivale Jamila, une véritable école de chant. Elle formera néanmoins quelques-uns des plus grands chanteurs de la génération suivante, dont notamment Ibn Muhriz et Ibn Surayj. A côté de ces divertissements proprement artistiques, les formes simplement ludiques n’étaient pas absentes, loin s’en faut : dans les faubourgs de la Mecque, les gens se réunissaient dans une sorte de club, où l’on trouvait des jeux d’échecs, de tric-trac et de dames, et où chacun pouvait à loisir inviter un partenaire à jouer.

Mercredi, Avril 17, 2013 - 15:48

Le festival d'Istanbul consacre le film d’Onur Ünlü

Le réalisateur turc Onur Ünlü a gagné la prestigieuse Tulipe d’or du Meilleur film pour Thou Gild’st the Even au festival d’Istanbul dont la 32e édition s’est clôturée dimanche avec la cérémonie de remise des prix dans la salle Cemal Resit Rey. Le film en noir et blanc retrace les événements d’une petite ville d’Anatolie où certains habitants ont des pouvoirs de super-héros. Malheureusement, ces pouvoirs ne leur permettent pas de surmonter l’impuissance psychologique dont ils sont victimes. 

Le réalisateur turc Onur Ünlü a gagné la prestigieuse Tulipe d’or du Meilleur film pour Thou Gild’st the Even au festival d’Istanbul dont la 32e édition s’est clôturée dimanche avec la cérémonie de remise des prix dans la salle Cemal Resit Rey. Le film en noir et blanc retrace les événements d’une petite ville d’Anatolie où certains habitants ont des pouvoirs de super-héros. Malheureusement, ces pouvoirs ne leur permettent pas de surmonter l’impuissance psychologique dont ils sont victimes. 

 
L’un des réalisateurs les plus atypiques de sa génération
Ce prix du Meilleur film prouve une nouvelle fois qu’Ünlü est un des réalisateurs les plus atypiques de sa génération, en particulier pour son humour absurde et son style peu conventionnel. Thou Gild'st the Even a également remporté le prix du meilleur scénario, le prix du meilleur montage et le prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRESCI) pour sa 13e compétition nationale. Au moment de monter sur scène pour récupérer son prix, le réalisateur n’a pu s'empêcher de déclarer : «D’habitude, les critiques détestent mes films. Maintenant que j’ai ce prix en main, je me demande vraiment ce que j’ai fait de mal.». Autre belle découverte dans la programmation de ce festival : Köksüz (Nobody’s home) du scénariste Deniz Akçay Katiksiz. Ce film dérangeant sur les dysfonctionnements d’une famille habitant Izmir a reçu non seulement le prix du public du journal turc Radikal mais également le prix du Meilleur premier film. Le prix du Meilleur réalisateur et de la Meilleure photographie ont été décernés à Hayatboyu (Lifelong) réalisé par Asli Özge, qui parle de la relation défaillante d’un couple de classe moyenne vivant à Istanbul. 
 
 
 
Mercredi, Avril 17, 2013 - 00:26

Amazon gagne du terrain sur l'iTunes d'Apple dans la musique

Amazon.com a accru sa part de marché dans le téléchargement musical légal aux Etats-Unis au détriment d'Apple, porté par lancement de ses tablettes low-cost, rapporte mardi le cabinet NPD.

Au quatrième trimestre 2012, le géant américain du commerce en ligne détenait avec AmazonMP3 22% de parts de marché contre 15% en 2011, tandis que l'iTunes Store d'Apple reculait sur la même période de 68 à 63%, précise le rapport annuel du cabinet sur la musique.

"L'arrivée d'Amazon sur les tablettes a probablement aidé", a déclaré Russ Crupnick, vice-président senior chez NPD.

Amazon a lancé sa première tablette, la Kindle Fire, en 2011, et l'année dernière, le groupe a sorti des modèles plus grands pour concurrencer davantage l'iPad d'Apple.

Le distributeur américain en ligne utilise la Kindle Fire pour écouler davantage de contenus numériques, comme la musique, la vidéo, les applications et les jeux vidéos.

Pour concurrencer l'iTunes Store d'Apple, Amazon propose également de fréquentes promotions. En 2011, l'album "Born This Way" de Lady Gaga était par exemple vendu à 99 cents au format MP3.

Amazon.com a accru sa part de marché dans le téléchargement musical légal aux Etats-Unis au détriment d'Apple, porté par lancement de ses tablettes low-cost, rapporte mardi le cabinet NPD.

Au quatrième trimestre 2012, le géant américain du commerce en ligne détenait avec AmazonMP3 22% de parts de marché contre 15% en 2011, tandis que l'iTunes Store d'Apple reculait sur la même période de 68 à 63%, précise le rapport annuel du cabinet sur la musique.

"L'arrivée d'Amazon sur les tablettes a probablement aidé", a déclaré Russ Crupnick, vice-président senior chez NPD.

Amazon a lancé sa première tablette, la Kindle Fire, en 2011, et l'année dernière, le groupe a sorti des modèles plus grands pour concurrencer davantage l'iPad d'Apple.

Le distributeur américain en ligne utilise la Kindle Fire pour écouler davantage de contenus numériques, comme la musique, la vidéo, les applications et les jeux vidéos.

Pour concurrencer l'iTunes Store d'Apple, Amazon propose également de fréquentes promotions. En 2011, l'album "Born This Way" de Lady Gaga était par exemple vendu à 99 cents au format MP3.

Mercredi, Avril 3, 2013 - 12:10

Boire du café turc rallonge la vie

Quel est le secret des Ikariens ? Avec une espérance de vie supérieure à 90 ans, cette population originaire d’Ikaria, l’île grecque de la mer Égée orientale, a attiré l’attention des scientifiques. Une étude publiée dans Vascular Medicine, revue internationale de la médecine vasculaire, a mis en lien la longévité et le café turc. Elle a en effet démontré que celle-ci est due à leur consommation de café. Alors que seulement 0,1 % des Européens dépassent le seuil des 90 ans, les Ikariens dépassent cet âge aisément avec un taux de 1 % et une meilleure santé. Les scientifiques se sont ainsi intéressés à leur mode de vie et leurs habitudes de consommation de café. Les maladies liées à l’âge ainsi qu’à l’hypertension artérielle, au diabète… ont été relevées puis examinées.

Un café bon pour le cœur ! Les chercheurs se sont également intéressés à l’endothélium, la couche la plus interne des vaisseaux sanguins en contact avec le sang, qui est l’indicateur du vieillissement. Tous les types de café utilisés par les 71 hommes et femmes âgés de plus de 65 ans ont révélé que 87 % de ces personnes consommaient quotidiennement du café turc. Les recherches montrent que la consommation quotidienne d’une tasse de café turc par jour contribue à la bonne santé cardiovasculaire des seniors. Gerasimos Siaosos, le scientifique chargé de l'étude, souligne que cette boisson riche en polyphénol et antioxydant «contient une dose modérée de caféine [et] semble réunir des bienfaits en comparaison avec d’autres boissons caféinées». Il faut noter que la particularité de ce café, moulu aussi finement que la farine, est dans sa préparation. Celle-ci est préparée

Quel est le secret des Ikariens ? Avec une espérance de vie supérieure à 90 ans, cette population originaire d’Ikaria, l’île grecque de la mer Égée orientale, a attiré l’attention des scientifiques. Une étude publiée dans Vascular Medicine, revue internationale de la médecine vasculaire, a mis en lien la longévité et le café turc. Elle a en effet démontré que celle-ci est due à leur consommation de café. Alors que seulement 0,1 % des Européens dépassent le seuil des 90 ans, les Ikariens dépassent cet âge aisément avec un taux de 1 % et une meilleure santé. Les scientifiques se sont ainsi intéressés à leur mode de vie et leurs habitudes de consommation de café. Les maladies liées à l’âge ainsi qu’à l’hypertension artérielle, au diabète… ont été relevées puis examinées.

Un café bon pour le cœur ! Les chercheurs se sont également intéressés à l’endothélium, la couche la plus interne des vaisseaux sanguins en contact avec le sang, qui est l’indicateur du vieillissement. Tous les types de café utilisés par les 71 hommes et femmes âgés de plus de 65 ans ont révélé que 87 % de ces personnes consommaient quotidiennement du café turc. Les recherches montrent que la consommation quotidienne d’une tasse de café turc par jour contribue à la bonne santé cardiovasculaire des seniors. Gerasimos Siaosos, le scientifique chargé de l'étude, souligne que cette boisson riche en polyphénol et antioxydant «contient une dose modérée de caféine [et] semble réunir des bienfaits en comparaison avec d’autres boissons caféinées». Il faut noter que la particularité de ce café, moulu aussi finement que la farine, est dans sa préparation. Celle-ci est préparée en décoction, une opération qui consiste à extraire les principes actifs d'une substance par ébullition.