Aller au contenu principal

L'Allemagne en proie aux affrontements entre salafistes et néo-nazis

L'Allemagne connaît une nouvelle flambée de violence avec une série de manifestations organisées par les mouvements hooligans et des groupuscules néo-nazis contre les salafistes présents sur le territoire allemand. Après un rassemblement violent qui s'est tenu à Cologne, Berlin a d'ores et déjà décidé d'interdire une manifestation prévue le 15 novembre à la porte de Brandebourg. Ces tensions interethniques et interreligieuses interviennent dans un contexte d'implantation de filières de recrutement djihadistes. 450 Allemands ont déjà fait le voyage vers la Syrie.

Jeudi, Octobre 30, 2014 - 19:07

La municipalité de Berlin entend interdire la tenue d'une manifestation contre l'islam organisée par des groupes néo-nazis et des supporters de football après des violences survenues dimanche à Cologne où 49 policiers ont été blessés.

Des hooligans (comme ils se nomment eux-mêmes) veulent tenir un rassemblement le 15 novembre à la porte de Brandebourg contre les salafistes, des musulmans ultra-conservateurs.

Des milliers de partisans de l'extrême-droite néo-nazie allemande ont déjà manifesté à Cologne contre l'implantation du salafisme en Allemagne

En charge des affaires intérieures, le sénateur Frank Henkel a indiqué à la chaîne ARD avoir entendu que 10 000 personnes souhaitaient participer à cette manifestation.
«Nous ferons tout ce que nous pouvons pour empêcher cette manifestation», a dit Henkel.

«Nous sommes confrontés à une nouvelle forme de violence de rue et de militantisme d'une ampleur nouvelle», a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

 

 

450 Allemands partis faire le djihad
 

«(A Cologne), il était clair dès le départ que cela n'avait rien à voir avec une expression politique mais avec l'envie d'affrontements physiques en particulier avec la police», a-t-il ajouté.

Les services de sécurité allemands s'inquiètent d'un risque croissant de violences de rue entre groupes rivaux et mettent également en garde contre l'augmentation du nombre de militants islamistes résidant en Allemagne et prêts à rejoindre Daesh. Environ 450 personnes ont déjà quitté l'Allemagne pour combattre aux côtés des djihadistes.
 



 

L'Office fédéral de protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz, BfV) a indiqué que des Tchétchènes vivant en Allemagne avaient intégré des groupes salafistes. Il a souligné que plusieurs de ces recrues étaient particulièrement actives et violentes.

 

Affrontements entre salafistes et Kurdes

 

Le BfV a aussi mis en garde contre une multiplication des heurts en Allemagne entre des groupes islamistes et des membres de la communauté kurde en raison des combats à Kobané, ville du nord de la Syrie où des Kurdes sont assiégés par les djihadistes de Daesh.

 

«Les salafistes recrutent des combattants pour l'EI. Depuis l'été 2014, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) recrute quant à lui des partisans pour lutter contre l'EI», avertit le président du BfV, Hans-Georg Maassen, dans un communiqué.

 

 

«Nous craignons que les violents affrontements entre les extrémistes qui ont lieu dans nos rues ne dégénèrent», poursuit Hans-Georg Maassen, faisant référence aux récents heurts qui ont eu lieu en Allemagne entre des groupes salafistes et kurdes. Des affrontements ont également éclaté entre des salafistes et des sympathisants d'extrême-droite à Cologne dans l'ouest du pays.

Pour en savoir plus sur le renouveau des mouvements néo-nazis en Allemagne, voici un éclairage intéressant apporté par ce reportage de la BBC :

 

 

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top