Aller au contenu principal

Des victimes de l’attentat d’Ankara, il ne reste plus que leur histoire

Certains étaient membres d’un syndicat, d’autres, ouvriers ou militants… Parmi eux, un enfant de 9 ans, mais aussi un père de 3 enfants. Les corps des 97 victimes de l’attentat ont été rendus hier à leurs proches.

Lundi, Octobre 12, 2015 - 14:33

Trois jours de deuil ont été annoncés en Turquie à la suite de l’attaque la plus meurtrière commise dans le pays. Le bilan de ce double attentat qui a eu lieu samedi matin est accablant : 97 morts et 250 blessés. Des victimes qui nous ont quittés, il ne reste aujourd’hui que leur histoire et leur photo.

Dilan Sarikaya, étudiante en archéologie

Parmi les photos de l’attentat qui ont circulé dans les médias et réseaux sociaux, il y avait celle de Dilan. Fille de parents ouvriers, cette étudiante en archéologie de l’université de Cukurova avait 22 ans. Elle a rendu son dernier souffle dans les bras de son ami.

Mariés depuis 1 an à peine

L’un était conducteur de train, l’autre institutrice. Originaires de la ville de Suruç, Yılmaz et Gülhan Elmascan s’étaient mariés un an plus tôt. Ouvrier de chantier, le père de Gülhan, Yusuf Can, a été témoin de la mort de sa fille et de son gendre. Leurs funerailles ont eu lieu à Şanlıurfa, leur ville d’origine.

Il avait 9 ans

La plus jeune victime de ces attentats, Veysel Atılgan, avait 9 ans. Originaire de Batman, il accompagnait son père, Ibrahim Atılgan, membre du syndicat Birleşik Taşımacılık Sendikası (BTS). Ils ont perdu la vie à Ankara.

Il allait entrer à l’université

Ali Deniz Uzatmaz avait 19 ans, il avait validé son concours d’entrée à l’université de Mersin et venait juste de commencer les cours. Originaire de Gaziantep, ses derniers posts sur les réseaux sociaux étaient des messages de paix.

Un Palestinien parmi les victimes

Membre d’une association de défense des droits de l’homme (Antakya Yaşam Hakkı Meclisleri), Ahmed Alkhadi était un palestinien qui vivait à Antakya où il donnait des cours d’arabe et d’anglais. Celui qui a survécu aux attaques de Gaza est décédé en Turquie. 

Les mamans de la paix

Participant au rassemblement avec les membres de son association “Les mamans de la paix”, Meryem Bulut était membre de la section du HDP d’Istanbul. Agé de 65 ans, Meryem Bulut avait perdu son fils à Kobané il y a six mois, et son petit-fils il y a un mois.

Les parents ont survécu mais pas leur fille

Parmi les photos qui ont marqué, celle de ce couple, İzzettin Çevik et Hatice Çevik, qui ont été bléssé mais qui ont survécu à l’attaque, contrairement à leur fille Başak. Etudiante en ingénierie civil, Başak Çevik avait 20 ans.

 

La liste des victimes est longue, et il ne nous est pas possible de raconter l’histoire de chacun. Après un événement aussi destructeur, ces quelques bribes d’information nous rappellent qu’il y a un visage, une histoire, une vie derrière chacun de ces noms. Rappelons-nous.

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top