Zaman France vandalisé pour la 3e fois par le PKK

Version imprimable

Pour la troisième fois en six mois, des sympathisants du PKK ont vandalisé et violemment dégradé les locaux de notre journal Zaman France, situés à Pantin, dans la banlieue parisienne. Le mercredi 15 février 2012, vers 14h40, un groupuscule d’une quinzaine de personnes cagoulées s’est introduit par la force dans notre immeuble pour tout saccager et menacer physiquement et verbalement le personnel présent sur place. Malgré d’importantes dégradations (portes, fenêtres, écrans et mobiliers détruits), il n’y eut fort heureusement aucun blessé, contrairement à la fois précédente où un salarié avait été victime d’un coup de poing. Mais l’équipe du journal a profondément été choquée par cette agression, dont la date correspond au treizième anniversaire de l’incarcération du leader du PKK Abdullah Öcalan. La brigade criminelle de Paris a été chargée de l'enquête.


Arrivé sur les lieux peu de temps après l’attaque, l’ambassadeur de Turquie à Paris, Tahsin Burcuoglu, a déclaré que l’impunité des responsables de ces actions les incitait à recommencer, en invitant les autorités à assurer la sécurité des Turcs et des Français d’origine turque vivant en France. Le même jour, un cocktail Molotov a été jeté dans les locaux de Zaman Allemagne dans la ville de Cologne. L’année dernière encore, les locaux du journal avaient été occupés le 18 octobre à Vienne, et un cocktail Molotov avait été lancé dans les locaux de Zaman à Londres le 30 octobre. Samedi dernier, c’est le bureau de Zürich en Suisse qui a subi une agression.


Nous tenons à insister sur le fait qu’il ne s’agit pas là de quelques actes isolés de jeunes sympathisants, mais d’actions planifiées revendiquées par une organisation terroriste ayant fait des dizaines de milliers de morts en Turquie. Nous tenons à attirer l’attention sur la gravité de ces agressions qui prennent pour cible la presse et le droit d’informer. Nous espérons que les responsables de ces actes seront traduits en justice dans les plus brefs délais et que les dispositions nécessaires en termes de sécurité seront prises et mises en place par les autorités pour éviter que de tels actes se reproduisent.
 

A lire aussi: