Aller au contenu principal

Biden assure que les Américains sont les meilleurs amis des Turcs

En visite à Ankara, le vice-président américain Joe Biden a assuré à ses hôtes que les Etats-Unis n'étaient pas au courant de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet et que Washington était au contraire la meilleure alliée de la Turquie. 

Mercredi, Août 24, 2016 - 16:12

En visite à Ankara, le vice-président américain Joe Biden a assuré à ses hôtes que les Etats-Unis n'étaient pas au courant de la tentative de coup d'Etat du 15 juillet. 

Accusés par les autorités turques d'être cette "intelligence supérieure" qui aurait tenté de renverser le président Tayyip Erdogan par l'intermédiaire des sympathisants de Fethullah Gülen, les Etats-Unis sont les meilleurs alliés de la Turquie, a plaidé Biden qui a expliqué le retard pris par Obama pour condamner la sédition par un moment d'incompréhension. "Au moment de l'événement, nous ne savions pas si c'était exact ou pas, si c'était un jeu Internet [sic] ou pas", a-t-il déclaré. 

Il a rendu visite au parlement turc qui avait été pilonné par des pilotes putschistes et a confié avoir admiré "le courage du peuple turc" qui est descendu dans la rue pour protéger la démocratie.  

La Turquie veut Gülen mais pas pour le putsch, disent les USA

Interrogé sur l'extradition de Gülen, Biden a rappelé que la procédure suivrait son chemin devant la justice américaine. "Nous sommes en coopération avec les autorités turques. Nos experts travaillent avec leurs collègues turcs. Ils examinent les preuves", a-t-il dit avant d'ajouter que les Etats-Unis n'avaient "nullement l'intention de protéger une personne qui nuierait à un pays allié" mais qu'ils devaient "respecter la législation". 

"Si un pays veut que vous extradiez un criminel dans votre pays, vous n'avez pas le droit de contester cela", avait déclaré Erdogan dans la matinée, ajoutant qu'un refus d'extradition ne bénéficierait pas aux Etats-Unis.

Le département d'Etat américain a annoncé mardi 23 août que laTurquie avait bien déposé une demande l'extradition concernant Fethullah Gülen, mais pas à cause du coup d'Etat manqué du 15 juillet dont Ankara l'accuse d'être l'instigateur. "Nous pouvons confirmer désormais que la Turquie a demandé l'extradition de Gülen", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Mark Toner devant les journalistes.

Les autorités américaines avaient indiqué ces jours derniers qu'elles étaient en train d'étudier des documents soumis par la Turquie mais qu'elles n'étaient pas en mesure de dire s'ils constituaient une demande d'extradition. Mark Toner a précisé que la demande officielle d'extradition déposée par la Turquie n'était pas liée au putsch manqué de juillet mais qu'elle était motivée par des événements s'étant produits avant le putsch manqué. Gülen vit depuis 1999 en exil en Pennsylvanie.

Avant le 15 juillet, la Turquie avait déjà présenté 84 dossiers sur Gülen et son mouvement aux autorités américaines et depuis le 15, elle en a envoyé quatre autres, a indiqué le week-end dernier le Premier ministre turc Binali Yildirim.

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top