Aller au contenu principal

Il faut libérer Erol Önderoglu !

Le représentant de Reporters sans frontières (RSF) en Turquie, Erol Önderoglu, et deux autres intellectuels turcs, ont été inculpés lundi 21 juin pour «propagande terroriste» et placés en détention provisoire par un tribunal d’Istanbul. La justice turque leur reproche d’avoir participé à la rédaction d'un numéro du journal kurde Özgür Gündem.

Mercredi, Juin 22, 2016 - 18:39

Cette nouvelle vague d'arrestations marque une nouvelle étape dans la répression de la presse libre en Turquie.

Jusqu'ici, le pouvoir turc visait exclusivement les journaux indépendants ou d'opposition procédant à l'arrestation et à la condamnation de journalistes d'une part, et à la confiscation directe ou indirecte des titres eux-mêmes, d'autre part.

La saisie du journal Zaman en Turquie, ex-premier tirage de la presse quotidienne turque, avait marqué le point d'orgue de cette politique répressive.

Aujourd'hui, ce sont les défenseurs de la liberté de la presse, les ONG internationales et Reporters sans frontières (RSF) qui sont victimes de l'arbitraire du pouvoir turc.

RSF a toujours été aux côtés des journalistes et des journaux quand ils subissaient la violence d'Etat que ce soit en Turquie ou ailleurs.

Lorsque le président Erdogan a pris la tête de la campagne de chasse aux sorcières menée contre Zaman en Turquie, l'ONG avait activement manifesté son soutien au journal turc.

Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF, nous avait rendu visite dans nos locaux à Paris, pour porter un message fort et sincère de solidarité.

Le travail de soutien, d'entraide, d'accompagnement des journalistes mais aussi de pression en faveur du respect des droits de la presse mené par RSF en Turquie a toujours été considérable et remarquable, à l'instar de celui d'Erol Önderoglu, actif depuis 20 ans à RSF.

Il y a un mois, le militant pour la liberté de la presse se trouvait encore au ministère de la Justice turque pour plaider en faveur de la réforme de la loi antiterroriste.

Zaman France demande la libération d'Erol Önderoglu

Aujourd'hui, la rédaction de Zaman France exprime publiquement et tout aussi franchement son soutien à RSF et demande la libération sans conditions d'Erol Önderoglu.

De nombreuses voix internationales se sont d'ores et déjà manifestées pour s'associer à cette demande de libération. Ban Ki-moon a exprimé sa «grande préoccupation» au sujet de la détention de Erol Önderoglu.

Quant aux responsables de l'Union européenne, ils ont exprimé une condamnation ferme de cette décision judiciaire turque qui violent les valeurs de l'UE, alors même que Ankara est toujours candidate à son adhésion.

En Turquie, l'accusation de terrorisme est fréquente, quasi quotidienne. De nombreux journalistes, intellectuels et acteurs de la société civile en ont déjà fait les frais. Il n'est plus possible que la Turquie poursuive sur cette pente descendante sur laquelle elle s'est déjà bien engagée.

La libération d'Erol Önderoglu et de tous les journalistes emprisonnés en Turquie doit donc être obtenue coûte que coûte.

Comme il l'a lui-même dit devant le juge, «Dans ce pays, Cumhuriyet, Evrensel, Özgür Gündem et Zaman ont autant droit à exister que Akit et Milli gazete. Le plus grand danger qui puisse exister dans un pays, c'est que la presse se transforme en orchestre monocorde».

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top