Aller au contenu principal

Ramadan 2016 : un retour opportun vers l'apaisement

Il était vraiment temps. Ce moment, les musulmans l'attendent chaque année avec impatience. Le commencement du ramadan 2016 arrive cette année au terme d'une saison médiatique étouffante, pleine d'intensité nerveuse. 

Jeudi, Juin 2, 2016 - 07:44

Les attentats, en France et en Belgique, les drames de réfugiés trouvant la mort par centaines dans les eaux glacées de l'indifférence, les polémiques sans fin sur la non nomination de joueurs dans l'équipe nationale de football : nos lecteurs ont eu certainement leur lot d'émotions.

Nous avons régulièrement, chaque année, l'occasion de souligner et de mettre en avant un ou plusieurs aspects utiles et profitables du jeûne de Ramadan.

Les incendiaires de l'âme

Cette année, il nous a semblé indispensable d'évoquer la dimension spirituelle du jeûne et la purification de l'âme qu'elle induit, deux thèmes essentiels dans la tradition musulmane, qui tendent hélas parfois à disparaître, le second notamment, au profit de nombreuses gloses et digressions ayant trait à des considérations purement temporelles : la politique, le pouvoir, les relations sociales, le succès économique.

Dans un contexte social français et européen caractérisé par la fragmentation des individus, le désenchantement des sociétés, des idéaux, les tensions et les affrontements politiques et sociétaux de toutes sortes prennent de l'ampleur et trouvent un écho dévastateur sur les réseaux sociaux.

La plupart de ces conflits déchaînent la colère, la fureur, l'empathie globale, la joie excentrique, la jubilation frénétique ou l'alliance dans la détestation. Un mot, un acte, un silence suffisent à embraser les consciences des internautes.

Les opinions tiennent lieu de vérités, et «ces vérités» sont arborées par toutes sortes de fantassins mus par leurs instincts belliqueux, sans but, sans rigueur et sans discipline.

De l'anarchie des passions au gouvernement de l'âme

C'est à ce niveau précis que l'école du mois de Ramadan peut nous enseigner ou nous remémorer les vertus salutaires d'une discipline de l'âme, d'une maîtrise des instincts et des pulsions, d'une lutte interne contre les passions de l'âme, que la tradition musulmane appelle le djihad an-nafs.

Cette discipline intérieure, délaissée en Occident, est de nature à recréer, ressouder, voire préserver les liens humains ravagés par les excès d'un hyper-individualisme que nous condamnons souvent sans rechercher réellement les moyens d'en sortir.

Renouant à la fois avec le souffle coranique, la sagesse prophétique mais encore avec quelques-uns des grands noms de la pensée européenne, cet exercice spirituel de reconquête de soi, exercice à la portée psychologique, physique et social, est de nature à révolutionner positivement l'ordre des choses beaucoup plus profondément que ne saurait, ni ne pourrait le faire l'agitation fiévreuse et contemporaine des esprits à laquelle nous assistons quotidiennement.

Ce travail de contenance, d'orientation, de gouvernement de l'âme pour paraphraser Platon, est d'une urgence particulière et très à même de nous permettre de faire face collectivement au désordre du monde.

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top