Aller au contenu principal

Venezuela : les fonctionnaires contre le président seront limogés

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a donné 48 heures à ses ministres pour qu'ils renvoient les fonctionnaires qui ont appelé à un référendum révocatoire contre lui, a annoncé lundi un dirigeant du Parti socialiste au pouvoir.

Mardi, Août 23, 2016 - 09:21

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a donné 48 heures à ses ministres pour qu'ils renvoient les fonctionnaires qui ont appelé à un référendum révocatoire contre lui, a annoncé lundi un dirigeant du Parti socialiste au pouvoir.

Plusieurs centaines de personnes travaillant dans le secteur public ont déjà annoncé avoir été remerciées pour avoir signé une pétition pour un référendum contre le président.

"Aujourd'hui, sur ordre du président du parti Nicolas Maduro, cinq ministères (...) ne peuvent avoir des gens qui sont contre la révolution et le président à des postes de postes de direction dans les ministères, les institutions publiques, les gouvernements locaux et des municipalités", a déclaré Jorge Rodriguez, un dirigeant du Parti socialiste. "Ils ont 48 heures."

Parmi les ministères concernés figurent celui des Finances.

La constitution du Venezuela autorise un référendum révocatoire à mi-mandat, le mandat présidentiel étant de six ans. L'opposition accuse le conseil électoral de retarder le processus pour que le référendum ait lieu l'an prochain. Si ce devait être le cas et que Maduro perdait, son vice-président deviendrait président et le Parti socialiste resterait au pouvoir.

Une révocation de Nicolas Maduro en 2016 entraînera au contraire de nouvelles élections. Or, les sondages le donnent perdant en raison de la crise économique qui se traduit par une inflation galopante et une pénurie alimentaire.

En 2004, lors de la campagne pour un référendum révocatoire contre Hugo Chavez, le prédécesseur de Nicolas Maduro, le député socialiste Luis Tascon avait publié une liste de plus de 2,4 millions de Vénézuéliens qui avaient signé en faveur du référendum.

Beaucoup avaient perdu leur emploi ou avaient été marginalisés et la "liste Tascon" était devenue célèbre.

La rédaction vous conseille


LES PLUS LUS


Back To Top